Heresie

Dark Culture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Heresie.com  Dictionnaire Infernal  Cinéma Satanique  Francis Thievicz  Elisandre  

Partagez | 
 

 El Negro et moi - Frank WESTERMAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ElricWarrior
Hérésiarque - Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1997
Age : 77
Localisation : Terre d'Hérésie
Actes nécrophiles : 9
Hommes torturés : 2890
Date d'inscription : 14/08/2004

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
35/150  (35/150)
Possede des Crânes humains:
10/150  (10/150)
Misanthrope :
15/150  (15/150)

MessageSujet: El Negro et moi - Frank WESTERMAN   Lun 9 Juin - 8:03



Est-il possible de retrouver, un siècle et demi plus tard, la cause de la mort de quelqu'un ?
C'est ce qu'une équipe de neuf médecins légistes tente de faire en juin 1993. Sur la table repose le corps bien conservé d'un Africain anonyme mort en 1830 ou 1831 « Objet numéro 1004 ».
Par mesure de précaution, afin d'éviter tout soupçon de partialité, les médecins légistes blancs – anthropologues, radiologues et toxicologues – placent en épigraphe de leur rapport d'autopsie une citation de Martin Luther King : « Nous tenons pour évident et vrai que tous les hommes naissent égaux. »
Les médecins légistes travaillent avec circonspection ; ils commencent par un examen général. Chaque centimètre carré est tâté, tapoté et regardé à la loupe. Au flanc gauche, de la hanche à l'aisselle, une longue cicatrice – comme la fermeture éclair d'une combinaison de plongée. On dirait une incision, peu profonde et recousue au point de devant. Seule autre mutilation : l'absence d'une bandelette du prépuce, le défunt est circoncis. À part ça, le corps est dépourvu d'éraflures, de contusions ou autres blessures.
« Nous n'avons pas constaté de signes extérieurs de violence laissant supposer une mort traumatique », rapportent les médecins légistes.
L'examen de la denture nous apprend que l'homme avait atteint vingt-sept ans – avec une marge d'erreur de plus ou moins trois ans. Il était petit : de son vivant, il devait mesurer 1,35 m (tout au plus 1,40 m). Ses orteils en éventail pourraient signifier qu'il était habitué à couvrir pieds nus de longues distances.
L'examen dermatologique montre que la peau est tannée comme du cuir de veau. Dans les pores on trouve des restes d'arsenic qui en ont altéré la pigmentation – avec comme conséquence une décoloration de la peau originelle. Afin de neutraliser ce processus, la peau a été enduite de couches de cirage.
Dans la ville catalane de Gérone, le corps est placé sous l'appareil à rayons X de l'hôpital Dr Josep Trueta. Les clichés, étalés sur la boîte à lumière, révèlent que la colonne vertébrale est remplacée par deux barres de fer. De même qu'une sculpture de béton tire sa stabilité de son armature, cet homme est soutenu de l'intérieur, des talons jusqu'au crâne, par une double charpente en acier.
À hauteur des clavicules, la radioscopie montre une traverse de bois en guise d'épaules, à laquelle les vrais os du bras (humérus, radius, cubitus) sont suspendus. Les tissus musculaires, les organes et les couches de graisse ont été enlevés ; le corps est garni de paille.
Les médecins louent le travail du préparateur, car bien que l'homme ait été dépossédé de sa colonne vertébrale, son corps a conservé des proportions en « harmonie parfaite ».
Afin de déterminer la race de l'objet 1004, les chercheurs postmortem ont recours à l'anthropométrie. Cette technique de la détermination ethnique d'un squelette humain se fonde sur un classement selon trois groupes principaux : caucasien (les Blancs), mongoloïde (les Jaunes) et négroïde (les Noirs). Sur la base d'une douzaine de critères – parmi lesquels l'indice crânien (largeur x100/longueur) et la morphologie de la cavité nasale (piriforme, ronde ou ovale) –, l'équipe de chercheurs constate qu'ils ont devant eux « un négroïde exhibant les caractéristiques du Bochiman africain ».
Une indication, la seule, d'une cause possible de sa mort est la déformation des ongles des orteils et des doigts, signe d'une éventuelle inflammation pulmonaire.
L'équipe médicale prélève un échantillon du maigre matériel organique encore présent (des poils pubiens pour être précis) afin de déterminer le profil ADN. Ce code héréditaire n'est pas mentionné dans le rapport, mais repose dans un petit coffre gardé à l'hôtel de ville de Gérone.

El Negro et moi - Frank WESTERMAN
du néerlandais par Danielle Losman
ISBN : 2-267-01830-6
276 pages, 24€
parution 2006

_________________
http://www.heresie.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com
 
El Negro et moi - Frank WESTERMAN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heresie :: Général :: Littérature-
Sauter vers: