Heresie

Dark Culture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Heresie.com  Dictionnaire Infernal  Cinéma Satanique  Francis Thievicz  Elisandre  

Partagez | 
 

 Les bergers d'arcadie [section information]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les bergers d'arcadie [section information]   Sam 28 Juin - 7:41

Bon alors cela faisait longtemps que je pensais poster ce nouveau type de topic et bon après y avoir réfléchi et en avoir discuté avec quelques membres je lance le débat:

---> Explication: Pour plus de clarté je teste une nouvelle forme de participation à un forum. Le topic est désormais divisé en 2:

-Une section [INFO] qui informe dans les détails tous les membres,et où chacun peut poster des informations (site,livres,images,photos...pourquoi pas même citations d'autre forums!) en indiquant leur sources.

-Une section [commentaire] où chacun pourra débattre.

---->Cela est censé apporter un gain en clarté réel(je ne citerai pas certains sites où par exemple il a genre 80 pages de topic sur Boudet, 70 sur Sauniere etc...) et de l'information à tout le monde,le plus rapidement possible.

Je commence par défaut par un topic sur... les bergers d'arcadie. Les sources de la section information seront postée sans ordre vraiment défini.A chaque fois je poste le texte et la source: on ne peut plus simple.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les bergers d'arcadie [section information]   Sam 28 Juin - 7:44

Source: Wikipedia
Lien: http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Poussin
Theme: Nicolas poussin
indication: la base à savoir pour toutes et tous les connaisseurs.


Nicolas Poussin, né aux Andelys le 15 juin 1594 non loin de Rouen, mais par son esprit et sa sensibilité romain d'adoption (mort à Rome le 19 novembre 1665), est un peintre français, représentant majeur du classicisme pictural.
Sommaire
[masquer]

* 1 Sa vie
* 2 Son œuvre
o 2.1 Sa cote
* 3 Bibliographie
* 4 Voir aussi
o 4.1 Liens internes
o 4.2 Liens externes

Sa vie [modifier]

Né dans une famille bourgeoise dans le hameau de Villers aux Andelys en Normandie, Poussin quitte à 18 ans la demeure familiale suite à la désapprobation de ses parents quant à son choix d'une carrière de peintre. Poussin se rend à Paris sans ressources, trouve un protecteur dans un gentilhomme de Poitiers, entre dans l'atelier de Ferdinand Elle de Malines, puis de Georges Lallemant, de Lorraine, mais n'y reste pas longtemps ; ayant rencontré des dessins originaux de Raphaël et de Jules Romain, il les étudie avec ardeur : c'est là réellement sa première école.

Il parcourt à pied le Poitou, revient à Paris, tombe malade d'épuisement et de fatigue, avant d'aller se rétablir aux Andelys, puis de revenir dans la capitale avec le dessein de partir pour Rome, en vue de s'y perfectionner. Il tente vainement deux fois ce voyage : la première fois il parvient à Florence, mais est contraint de s'arrêter ; la seconde, à Lyon.

C'est à son retour de Florence, et logeant à Paris, qu'il fait la connaissance de Philippe de Champaigne, avec lequel il participe en particulier à la décoration du Palais du Luxembourg. Il effectue différents et brefs séjours dans les ateliers d'autres peintres ; il ne suit pas de cours académique et à ce titre il est considéré comme un artiste autodidacte. Il gagne sa vie avec quelques commandes.

Concourant en 1623 pour une suite de six tableaux racontant la Vie de saint Ignace de Loyola commandés par les jésuites, il remporte le prix et attire ainsi l'attention du cavalier Marin, poète à la cour des Médicis qui lui procure des entrées auprès des riches familles romaines et l'occupe aux dessins tirés de son poème d'Adonis.

Il entreprend une troisième fois le voyage de Rome où il arrive en 1624 et étudie les antiques avec le sculpteur flamand Duquesnoy, auquel l'infortune l'avait attaché ; Poussin venge, par ses éloges publics et savants, le Dominiquin de l'oubli où on le laissait, sans toutefois heurter son rival, le Guide, dont il se plaisait à louer les qualités.

Vers cette époque et probablement à l'instigation de quelques Italiens jaloux, Nicolas Poussin est attaqué par des soldats près de Monte-Cavallo et reçoit une blessure à la main, qui heureusement n'a pas de suites fâcheuses. Devenu malade, il n'a qu'à se louer des soins plus qu'hospitaliers de la part de la famille de Jacques Dughet, son compatriote, pâtissier de son état, chez lequel il recouvre la santé. Il épouse, en 1629, une des filles de son hôte, Anne-Marie, n'en ayant pas d'enfants mais adoptant un jeune frère de sa femme qui héritera de son nom et de son talent pour le paysage (Gaspard Dughet, dit Poussin).

II est ensuite chargé de quelques travaux par le cardinal Barberini, neveu du pape Urbain VIII, et trouve un protecteur affectueux et constant dans le chevalier Pozzo, de Turin ; il reçoit des commandes pour Naples, l'Espagne et la France, est lié avec Jacques Stella, à Rome. Plusieurs invitations pour se rendre en France lui sont faites, et il ne les accepte que lorsque son ami le plus dévoué, Paul Fréart de Chantelou, vient le prendre en 1640. Les plus grands honneurs l'attendent dans sa patrie : Louis XIII et Richelieu lui demandent de superviser les travaux du Louvre ; il est nommé premier peintre du roi et directeur général des embellissements des maisons royales.

La jalousie de Vouet et les petites persécutions des amis de cet artiste font éprouver à Nicolas Poussin le besoin de revoir sa famille ; il demande un congé et repart pour Rome en 1642, avec Gaspard Dughet et Lemaire, en promettant de revenir. La mort de Richelieu et celle de Louis XIII lui font considérer ses engagements comme rompus : il ne revient plus en France, ne cessant pas toutefois de travailler pour elle, et donnant par ses conseils une nouvelle impulsion à son école, ce qui le fera considérer comme le rénovateur de la peinture sous Louis XIV.

Son œuvre [modifier]
L'Inspiration du Poète, Paris, Louvre
L'Inspiration du Poète, Paris, Louvre
Le jugement de Salomon (dessin sur papier)(1648-1649)
Le jugement de Salomon (dessin sur papier)(1648-1649)

La richesse de ses compositions et la beauté de ses expressions l’ont fait surnommer Le peintre des gens d'esprit. Il recherchait le bon goût de l'antique en y associant quelquefois ou en y ramenant les formes de la nature et celles de l'art ; Nicolas Poussin s'attacha principalement aux beautés expressives, comme peignant par un trait vif et précis le langage de la pensée et du sentiment : aussi recherchait-il dans l'antique ce beau idéal ou intellectuel, en même temps que moral, qui lui faisait choisir les sujets historiques les plus propres aux développements nobles et expressifs de la composition et du style.

Dans ses excursions au sein de Rome, dans ses nombreuses promenades solitaires, il méditait partout, observait et notait sur ses tablettes tout ce qui frappait sa vue et son imagination, afin de donner à l'antique, son modèle, la diversité, la vie et le mouvement qui lui manquaient. Il s'instruisait des théories de la perspective dans Matteo Zaccolini, de l'architecture dans Vitruve et Palladio, de la peinture dans Alberti et Léonard de Vinci ; il apprenait l'anatomie non seulement dans Vésale, mais dans les dissections de Nicolas Larche ; le modèle vivant dans l'atelier du Dominiquin, l'élégance des formes dans celui d'André Secchi, enfin les plus beaux faits de poésie et d'histoire dans Homère et Plutarque et surtout dans la Bible. Grande science pour les usages et les costumes des Anciens. Il répéta souvent le même sujet en le multipliant par une disposition nouvelle. Nicolas Poussin reçut à Rome une des plus grandes faveurs que l'on accordât aux artistes étrangers : ce fut d'être employé à peindre un tableau représentant le Martyre de saint Érasme, pour être copié en mosaïque, à la basilique de Saint-Pierre de Rome.

Dans la seconde période de sa vie, Poussin exécuta rarement des tableaux de grande dimension : d'une conception vive, d'un esprit précis, ses toiles même les plus petites renferment un poème entier. Ses figures étaient groupées et modelées avec le plus grand soin, tout était profond, noble et digne, le concours d'actions vrai et naturel, l'accord de la réflexion et du sentiment admirablement exprimé. En avançant en âge, il adoucit un peu sa manière, tout en l'agrandissant; son pinceau devint plus moelleux, l'harmonie plus parfaite, la composition plus riche. On lui reproche d'avoir parfois trop divisé ses compositions et dispersé sa lumière, ce qui nuit à l'ensemble des lignes et à l'effet du clair-obscur.

Paysages riants et variés, sites riches, naturels et vrais, belle imitation des différents phénomènes de la nature. Tour à tour grave et doux, agréable et sévère, il nous émeut, nous élève dans les diverses scènes qu'il nous représente, et sympathise avec les émotions qu'il fait naître en nous. Possédant, pour la peinture religieuse, la foi qui inspire le génie et le talent qui exécute, Poussin mérite l’une des premières places parmi les peintres de l'école française. D'un caractère généreux et reconnaissant, d'une philosophie douce et religieuse, moins ami des honneurs que de son repos, menant une vie retirée, paisible et très laborieuse ; ami zélé, à qui rien ne coûtait pour obliger ; d'une modestie égale à sa modération, d'un esprit grave, spirituel, noble, franc et affable, d'une raison droite et saine, Nicolas Poussin posséda tout le génie d'un artiste immortel, toutes les vertus de l'honnête homme.

L'enlèvement des Sabines Vers 1637, huile sur toile, 159 x 206 cm, musée du Louvre, Paris.

Il s'agit d'un récit mythique de l'histoire romaine. Romulus, fondateur de Rome, invite les Sabins, peuple de l'Italie centrale. Il organise une grande fête en honneur de ses invités. Mais en réalité, son but est très précis : comme la nouvelle ville de Rome manque de femmes, Romulus veut marier les Sabines, très belles, à ses soldats. A la fin de la fête, les Romains enlèvent les femmes sabines. C'est le sujet de ce tableau.

La composition très dramatique de cette toile reflète toute la tension de l'épisode. Les personnages sont nombreux : des soldats romains s'emparent des femmes qui s'efforcent de fuir et pleurent. Seule au milieu du chaos, une vieille Sabine implore Romulus, personnage au manteau rouge qui supervise la scène à gauche du tableau.

L'architecture est présentée comme un décor de théâtre. Elle est évidemment anachronique par son classicisme.

Poussin utilise un mode d'expression "furieux" qui, selon lui, décrit parfaitement les incroyables scènes de guerre. Son souci est d'être intelligible pour celui qui ne connaîtrait pas le sujet. Pour cela, il donne à ses personnages des attitudes très expressives. Les couleurs violentes rouges, jaunes, bleues participent à la création de cette atmosphère de terreur et de bouleversement.

Pour imaginer l'oeuvre finale, Poussin fabrique des petits personnages à la cire qu'il habille et qu'il place devant un paysage. Il a procédé de cette façon pour l'enlèvement des Sabines. Poussin est un peintre classique savant qui construit minutieusement ses compositions.

Sa cote [modifier]

* L'Agonie au jardin a été vendu pour 6,1 millions d'euros en janvier 1999.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les bergers d'arcadie [section information]   Sam 28 Juin - 8:03

Source: Wikipédia
Lien: http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_bergers_d%27Arcadie
Thème: Et in Arcadia ego
indication: ébauche sur Wikipédia



Source: L'encyclopédie de l'agora
lien: http://www.agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Nicolas_Poussin
thème: Nicolas Poussin
indication:
toutes les œuvres de poussin,une biographie,il vaut mieux cliquer sur le lien car le site est très bien fait et le résumer en un message serait le rabaisser.


Source: nicolas-poussin.com
lien: http://www.nicolas-poussin.com/
thème: Nicolas Poussin,son œuvre, sa vie
indication : site généraliste assez bien fait.

Source:www.o-ruca.fr
Lien: http://www.o-ruca.fr/secret-fond.html
theme: Poussin,bergers d'arcadie
indication: à voir. Des conclusions étonnantes.


Complément d'information: les sites et référence plus haut sont généralistes sur l'oeuvre de POUSSIn et sa vie. Les sites les plus complets sont sous forme de liens et non résumés/copiés sur heresie. Les messages suivant concerneront les rapport avec l'affaire RLC elle meme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les bergers d'arcadie [section information]   Sam 28 Juin - 8:41

source: renneslechateau.com

L'évèque de Carcassonne, Monseigneur Félix Billard lui offre un voyage de 5 jours à Paris pour faire décrypter ces parchemins par des experts. Il rencontrera l'abbé Bieil, directeur de St Sulpice. A Paris, il est hébergé par le neveu de l'abbé Bieil et rencontre Emile Hoffet, 20 ans, qui lui ouvre les portes des milieux artistiques (il fait la connaissance de la cantatrice Emma Calvé) et littéraires parisiens. Après que des experts aient traduit les parchemins, l'abbé Bieil (ou l'abbé Hoffet) ne rendra pas l'arbre généalogique à Saunière. Il ramènera 3 reproductions de peintures :La Tentation de St Antoine par David Teniers, Les Bergers d'Arcadie par Nicolas Poussin, Un portrait du Pape Celestin V.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les bergers d'arcadie [section information]   Dim 29 Juin - 14:09

SOURCE: http://www.rennes-le-chateau-archive.com/

IMPORTANT: site sous copyright on empêche de faire les clics droits...donc du coup je ne sais pas si j'ai le droit de poster un extrait. D'un autre cote il n'y a pas de lien direct vers les differentes parties du site je trouve cela regrettable.
Bref je pense qu'en indiquant la source j'ai le droit de poster un extrait. Pour ce qui est des analyses du tableau allez dans la section du site: Berger d'arcadie.


1893 - Visite à Paris, vérité ou pure fiction ?



Le récit qui suit provient de diverses sources dont la plus célèbre est l'auteur Gérard de Sède. Il n'existe aucune preuve de la visite de Saunière à Paris, ni même de sa demande d'aide aux Frères de Saint-Sulpice. Certains chercheurs ont prétendu que Bérenger Saunière, au cours de son hypothétique voyage, rencontra Emma Calvé, cantatrice en vogue à l'Opéra, Claude Debussy, l'occultiste Jules Bois et bien d'autres personnages. La supposition qu'il acheta certains tableaux au musée du Louvre peut également être écartée, car le Louvre ne commença à vendre au public des copies du tableau de Poussin qu'en 1901, c'est-à-dire bien après la date de son voyage supposé.
Par contre, l'implication de ces 3 tableaux dans l'affaire n'est pas une légende. Elle est bien réelle... Voici donc comment Gérard de Sède présenta son voyage :



Saunière dut s'avouer qu'il ne parviendrait pas à déchiffrer les parchemins et décida qu'il avait besoin d'aide. A cette époque, son évêque à Carcassonne était Mgr Félix Arsène Billard, un érudit avec qui Saunière sembla avoir été en bons termes.

4 parchemins furent présentés à Mgr Billard, qui les examina avec intérêt. Mais il ne parvint pas à donner un sens à cette écriture cryptée. Il suggéra alors à Saunière de les emmener à Paris où il connaissait des prêtres pouvant l'aider. A la surprise de Saunière, l'évêque paya même son voyage.

A Paris, Saunière se rendit chez l'abbé Bieil, directeur du séminaire de Saint-Sulpice, et lui montra les parchemins. Bieil lui dit de revenir 8 jours plus tard. Pendant ce temps, Saunière fut logé dans la maison du neveu de Bieil: Émile Hoffet, un brillant jeune homme de 20 ans, lui aussi destiné à la prêtrise. Saunière et Hoffet devinrent rapidement bons amis. Grâce à sa nouvelle relation, Saunière découvrit bientôt les principaux cercles littéraires et artistiques de Paris. Pour un curé de campagne qui n'avait jamais mis le pied hors de son village, ceci était pour le moins remarquable. C'est là que Saunière fit la connaissance de Mallarmé, M. Maeterlinck, Claude Debussy et bien d'autres dont la cantatrice de renommée internationale Emma Calvé qui allait devenir une amie proche et son amante. Saunière était certainement un homme particulièrement charismatique, si l'on se souvient qu'il était déjà devenu un ami proche de la Comtesse de Chambord.



Bérenger Saunière se rendit également au Louvre où il réclama, une copie de 3 tableaux:

Un portrait anonyme du pape Célestin V du XIIIe siècle

Un tableau de Saint Antoine de David Teniers le Jeune (La toile exacte n'est malheureusement pas connue avec certitude)

"Les Bergers d'Arcadie" (seconde version) de Nicolas Poussin



Les bergers d'Arcadie II
par Nicolas Poussin


Au jour fixé, il retourna voir Bieil pour récuper les parchemins déchiffrés. Mais il semble que les supérieurs hiérarchiques de Bieil n'eurent nullement l'intention de se séparer de ces informations précieuses. Bien que nous n'ayons aucun moyen de savoir ce que les deux hommes se dirent, il est clair que Saunière parvint tout de même à obtenir quelque chose de Bieil car, à peine rentré à Rennes, il commença à mener un train de vie somptueux.

Il existerait toutefois une trace de Saunière et de sa venue à Paris en Mars 1892, et non en 1893, comme l'attesterait le registre des messes de l'église Saint Sulpice mais ceci n'a jamais été vérifié.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les bergers d'arcadie [section information]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les bergers d'arcadie [section information]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heresie :: Général :: Rennes le château-
Sauter vers: