Heresie

Dark Culture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Heresie.com  Dictionnaire Infernal  Cinéma Satanique  Francis Thievicz  Elisandre  

Partagez | 
 

 Le Folklore, notre culture.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Keridwen
Seigneur du Portail
avatar

Nombre de messages : 2117
Localisation : Au pied de la Porte du Diable
Actes nécrophiles : 6
Hommes torturés : 1840
Date d'inscription : 20/05/2006

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Le Folklore, notre culture.   Mar 18 Sep - 20:08

J'ai des doutes. Je demanderai, sait on jamais. Arthonnay est un tout petit patelin.

PS : la chanson d'Isabeau, je la connais. Je te la chanterai avec plaisir si tu parviens à pousser Elricwarrior à venir sur mes terres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com/thanos
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Folklore, notre culture.   Dim 18 Nov - 21:28

Chers amis...

Je dépoussière ce sujet car j'avais promis parler d'une créature chère à moi. Il s'agit de Baba Yaga

C'est donc une figure de la mythologie slave apparaissant dans de nombreux contes russes et polonais. On la représente souvent comme une sorcière se déplaçant dans un mortier avançant à l'aide d'un pilon, effaçant ses traces à l'aide d'un balai et vivant dans une maison sans fenêtre juchée sur des pattes de poulet dans les tréfonds de la forêt. Elle ne porte jamais le foulard, ce qui était jadis considéré comme scandaleux par les paysans slaves (et je le confirme). Dans la plupart des ces contes, elle est représentée comme une vieille femme affreuse et cruelle qui mange des êtres humains -surtout des enfants - (et toutes les fois où elle a failli me manger quand je n'étais pas sage...). Dans un conte connu de chaque enfant slave, elle envoie des oies qui enlèvent un petit garçon (que l'on devient si l'on est pas sage). Elle veut le manger, mais sa sœur arrive et sauve l'enfant, aidée par un pommier, un fourneau et une rivière.
(source :Wiki)

Un petit site sympa avec quelques illustrations :
http://www.russievirtuelle.com/mythologie/creatures/babayaga.htm

Je ne me joins plus à vous regulièrement, mais mes pensées le font. En ce moment, je me sens d'une façon étrange, nouvelle, et une chose importante doit avoir lieu, mais impossible de dire ce que c'est. Si toutefois, j'aurais été heureux de débattre avec vous
Rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
bael
Orteil de Spaulding
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 38
Actes nécrophiles : 0
Hommes torturés : 0
Date d'inscription : 14/04/2005

MessageSujet: Re: Le Folklore, notre culture.   Ven 23 Nov - 16:37

je ne sais pas trop si c'est bien dans le sujet mais ma famille habite un petit village du nom de Gonfaron depuis plusieurs générations, et ce village cette légende d'un âne volant que je vais vous raconter:

Il était une fois au début du XVIII ème siècle selon certains, en 1645 très exactement selon d'autres, un petit village de Provence qui se préparait à fêter dans la joie son Saint Patron. Le village était Gonfaron, surmonté déja à l'époque d'une chapelle dédiée à Saint Quinis.
En ces temps là, toute fête comportait une procession. Celle ci suivait un parcours dans les rues du village et aboutissait à la chapelle St Quinis. Les consuls avaient donc ordonné aux habitants de nettoyer le devant des maisons situées sur le chemin du cortège.

Or, il se fit qu'un Gonfaronnais grincheux, on ne sait trop pourquoi et dont l'histoire n'a pas retenu le nom, refusa de faire cette besogne de propreté. Il s'écria simplement: " Si Saint Quinis trouve le passage trop sale, il n'aura qu'à sauter par dessus! ". Selon certains il ajouta à cette exclamation, quelques autres propos assez désobligeants. La municipalité fit procéder d'autorité au travail nécessaire; la procession passa comme à l'ordinaire dans la joie et la bonne humeur. Si l'incident n'eut guère de conséquence, il resta dans la mémoire des villageois.

Mais, quelque temps après, le quidam grincheux à cheval sur son âne, s'en revenant de la campagne, descendait les pentes de la Carnaraute (nom local de la montagne qui domine Gonfaron au nord). Or sa bête, énervée par les taons, prit soudain une allure précipitée. A tel point que quittant le chemin, elle fit un vol plané au dessus du ravin tandis que son piteux cavalier était projeté rudement sur le sol.

Connue aussitôt, sa mésaventure fit la joie et la risée de tout le pays, et chacun de s'écrier:

"C'est bien fait, Saint Quinis l'a puni, son âne a volé"

C'est ainsi qu'est née la légende de l'âne volant de Gonfaron. N'en déduisez pas que tous les Gonfaronnais sont des grincheux volants...ni des ânes !
__________
Texte inspiré de celui du livre de Louis BAUDOIN : "Histoire Générale de la commune de Gonfaron des origines au XXème siècle" (édité en 1976).
voila jolie histoire non ^^ mais attention pas trop de raillerie nous somme très suceptible au sujet de notre âne volant :p

J ai copier ce texte sur ce site http://www.gonfaron.net/pa2_legende.htm plus tard je vous raconterais les légende de provence ça mettra un peut plus de temps je les ais en livre va faloir recopier Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jean-baptiste1978.spaces.live.com/
ELISANDRE
Reine Succube
avatar

Nombre de messages : 3289
Localisation : Miskatonic University Nice
Actes nécrophiles : 11
Hommes torturés : 2334
Date d'inscription : 18/08/2004

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Le Folklore, notre culture.   Sam 24 Nov - 15:34

Tout mignon et interessant ce site Rainmaker, moi aussi elle m'est familière Baba Yaga, c'est émouvant de la retrouver ici.

Bonjour Bael, j'aime bien cette histoire, cela fait plaisir de voir que vous colportez vos légendes, je ne connaissais pas du tout.

_________________
"CE QU'IL Y A DE MEILLEURS DANS LES RELIGIONS, CE SONT LEURS HERETIQUES."Nietzsche
http://www.heresie.com
http://elisandre-librairie-oeuvre-au-noir.blogspot.com/
http://www.elisandre.com/
http://fr-fr.facebook.com/elisandre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com
Le Messager
Aspirant Inquisiteur
avatar

Nombre de messages : 88
Age : 55
Localisation : Au Royaume des cieux
Actes nécrophiles : 0
Hommes torturés : 123
Date d'inscription : 29/07/2007

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/1  (1/1)
Possede des Crânes humains:
1/1  (1/1)
Misanthrope :
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Le Folklore, notre culture.   Jeu 17 Jan - 7:38

J'ai une légende à vous raconter... elle n'est pas terrible. Enfin bon.

La légende du beau danseur

Ce samedi soir-là, il y avait grande réjouissance chez José Moreau. Pierre était revenu des États-Unis après trois ans d'absence. On avait tué le veau gras pour le retour de l'Enfant prodigue. Puis Blanche était grandie, prête à se marier, et la plus jolie fille des alentours. Il fallait bien faire quelque chose pour elle.

Lorsque les voisins commencèrent à arriver, après souper, on rangea les bancs et les chaises le long du mur. Non pas qu'on eût l'idée de danser. Chez Moreau, on ne se permettait pas une pareille licence. Il n'y avait pas, dans tout L'Islet, de meilleur paroissien que José Moreau. Lui et sa famille étaient du premier monde. Moreau n'aurait jamais voulu tomber en disgrâce: il savait trop bien que les danses sont défendues du haut de la chaire.

Cela fit bien quelque chose à José, après souper, quand il vit entrer tous les jeunes gens du village, qu'il connaissait à peine; des têtes folles en quête de danses et de frivolités. Dédé les avait emmené avec lui, Dédé, le violoneux du rang d'en haut, qui avait un talon endiablé et une langue fort bien pendue! Mais José Moreau était trop poli pour montrer son ennui. N'étaient-ils pas les amis de Pierre ? Une petite veillée, un petit souper. Amusez-vous bien!

Dédé se mit à taper du talon. Ce Mistigri était si vif, si sautillant, que les chaises commencèrent à se dandiner. Quelle pitié que de laisser de la si belle musique se perdre !

Dans un tour de main, le plancher fut prêt. José Moreau, maître de Céans, se leva, et tendit le bras à sa femme, la vieille mais joyeuse Catherine. Ils firent les premiers pas - pas trop mal! Faut dire que, dans leur jeune temps, ils avaient su s'amuser.

Le grand Dédé, remonté pour vingt-quatre heures, tapait du talon, jouait de l'archet sur ses cordes et faisait voler la poussière - s'il y en avait eu, dans la maison de Catherine. La danse filait grand train; les cotillons, les foins, les saluts-des-dames. Entre les danses, une petite goutte d'eau-de-vie en faisant trinquette.

Qu'est-ce qu'on entendit, dehors, à onze heures sonnant? Le son des grelots, les lisses d'une carriole sur la neige gelée.

Ça frappe à la porte - trois coups.

- Entrez !

La porte s'ouvrit. Un étranger apparut sur le seuil. Il avait les cheveux frisés, la barbe soyeuse, longue, noire comme un geai. Ses yeux brillaient de lueurs fauves. Bien costumé, le monsieur: capot de castor, casque de marte velouté, mocassins de caribou brodés en dards de porc-épic.

Il s'avanca de quelques pas, saluant avec grâce toute l'assemblée. Il jeta son capot et son casque dans un coin, mais garda ses gants de chamois- des gants noirs. Pour les danseuses, il n'y avait plus, dès ce moment, que lui sur le plancher.

Son premier choix fut Blanche, la fille de la maison, taillée au ciseau, d'une taille fine et moulée,belle et distinguée, une vraie demoiselle, bouillante d'esprit - la coqueluche des garçons de L'Islet.

- Mademoiselle, que lui demanda l'étranger, voulez-vous danser avec moi?

Loin d'être à son aise, quand elle commença à danser, elle tremblait dans sa belle blouse de satin pâle, qu'elle modelait bien de ses attraits de jeune demoiselle.

- Vous êtes jolie! murmura son danseur.

- Monsieur, elle répondit, je ne sais guère danser.

Dans tout L'Islet il n'y avait pourtant pas de meilleure qu'elle.
Des veilleurs sortirent pour voir le cheval. Monsieur, quel cheval, et le harnais donc! Des boucles d'argent, sur du cuir blanc patenté flambant neuf. Une carriole reluisante comme un miroir et remplie de peaux de buffles doublées en feutre rouge. Mais parlons du cheval! À l'oeil si intelligent qu'on l'eût crut une personne capable de parler; et puissant sur ses jarrets de fer. Une tête fine et ciselée; des narines enflammées; des prunelles de feu dans les ténèbres. Les maquignons ne le connaissaient pas; ils n'avaient jamais vu son pareil. Il avait dû faire une longue course; il était couvert de frimas. François entra demander au voyageur s'il voulait qu'on le dételle, qu'on l'entre à l'écurie pour lui donner de l'avoine, de l'eau.

- Ça ne vaut pas la peine; jetez une peau de carriole sur lui; c'est assez.

Les pas de danse qu'il faisait, mes amis vous auriez dû les voir !



Le père François regardait bouche bée; pourtant il connaissait son tabac ! Ça ne peut pas s'expliquer tous les pas qu'il fait. Il les invente !

Puis il dansa seul - une gigue simple, qui dura une bonne demi-heure, pas moins. Il était inlassable. Les meilleures danseuses lui avaient fait face l'une après l'autre, mais, fatiguées, elles avaient dû s'excuser et s'asseoir.

Des étourdis, au commencement, auraient bien voulu lui en remontrer. Mais ils surent bientôt qu'ils avaient affaire à un maître.

Il se mit à tenir tête à Dédé, le violoneux. C'était pour faire un maître. Dédé trouvait la partie rude. La rage le chauffait, les sueurs l'aveuglaient. Mais il avait trop de vanité pour céder.
Tout-à-coup, crac! une corde du violon cassa. Il l'avait fait à dessein, pour reprendre haleine. Pendant qu'il la remplaçait, il eut le temps de se remettre. François, le garçon d'honneur, en profita pour organiser un cotillon.

- Les gens sont priés !

Le bruit des pieds réveilla petit Paul, l'enfant de deux ans, au berceau. Christine, le prenant sur ses genoux, s'assit dans la porte du cabinet.

Mais l'enfant se cachait le visage aussitôt que l'étranger approchait en dansant :
- Brû... brû..., brûle, monsieur !

- Pourquoi est-il si sauvage, ce soir ? se demande Catherine.

La jeune fille qui dansait avec l'étranger avait un joli collier avec un crucifix - un joyau de famille- Catherine entendit le beau danseur lui demander :
- Voulez-vous le changer pour ce loquet, qui contient mon portrait ? Voyez les diamants!

Catherine se leva, l'enfant au bras. Elle alla tremper ses vieux doigts tremblants dans le bénitier à la tête du lit, et la main tendue vers l'étranger, revint faire le signe de croix.

L'effet fut terrible. Le diable - car c'était lui - bondit en hurlant au plafond. La maison trembla jusqu'au solage. Il s'élança vers la porte, pour sortir; mais il s'arrêta à la vue d'une Croix noire de la Tempérance. Fou de rage, il fit une courbe à gauche et sauta d'un bond dans le mur de pierre qu'il défonça d'un seul coup. Il disparut avec un bruit de chaînes battues, répandant après lui une odeur affreuse et faisant jaillir une traînée d'étincelles des sabots de son coursier diabolique.

Les gens étaient terrifiés. Revenant à eux l'instant d'après, ils se mirent à examiner le trou béant dans le mur. Dehors, la neige était fondue à cent verges à la ronde. Sans dire un mot, ils se hâtèrent de s'en aller, dans la nuit ténébreuse.

José Moreau était inconsolable. Pourquoi fallait-il qu'entre tous, il fut victime d'une telle mésaventure, lui, qui de sa vie, n'avait connu tel malheur.

Le maçon, le jour suivant, ne put réparer le mur, en dépit de sa bonne volonté. Sitôt qu'il posait une pierre, elle partait comme un boulet. Rien ne pouvait tenir.
Le curé vint bénir la maison, puis il repartit sans une parole, car José, cette fois, avait fait fausse route.
Le trou au mur, quoiqu'on fit, ne put jamais être refermé. Il reste encore béant comme au premier jour - ou plutôt, à la première nuit. C'est une leçon, un avertissement.

Légende de l'Islet, communiqué par le Docteur J.B.A. Cloutier
(Extrait de "Le Soleil", Québec, dimanche 2 décembre 1945)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=ur76QXxVhhc
Milady de Sade
Maître en Sorcellerie
avatar

Nombre de messages : 392
Age : 24
Localisation : Québec, mon pays!
Actes nécrophiles : 0
Hommes torturés : 5
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Le Folklore, notre culture.   Jeu 17 Jan - 13:04

Je l'avais déjà entendu! Haha nos belles légendes du Québec. C'était par un conteur qui était accompagner de marrionnette dansante. Je devais avoir 10 ans je crois... Je me suis bien amuser!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkside
Virus Ebola
avatar

Nombre de messages : 1379
Age : 59
Localisation : Marseille
Actes nécrophiles : 6
Hommes torturés : 828
Date d'inscription : 19/05/2006

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Le Folklore, notre culture.   Jeu 17 Jan - 18:17

C'est une histoire qui montre bien à quel point la danse était considérée comme diabolique à une époque...Au XIXeme siècle la curé d'Ars donnait de sévère pénitences aux jeunes gens qui étaient allés danser, ou même qui avait assisté au bal. Sans doute que la mise en avant du corps dans la danse évoque fortement la sexualité, et que la danse peut être le prélude au passage à l'acte sexuel...Aujourd'hui encore on va en boîte pour draguer!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paladin95.canalblog.com/
Milady de Sade
Maître en Sorcellerie
avatar

Nombre de messages : 392
Age : 24
Localisation : Québec, mon pays!
Actes nécrophiles : 0
Hommes torturés : 5
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Le Folklore, notre culture.   Jeu 17 Jan - 22:15

Pourtant la danse au Québec fait partie de notre culture la plus profonde. Je ne crois pas qu'elle était dénigrée ici. En fait, nous sommes un peuple reconnu comme fétards, et non des stricts qui suivent les rangs. Durant la Nouvelle-France, les anglais n'ont trouvaient de se fait désordoné et trop indépendant pour vraiment se plier devant les lois. Et je vais vous dire et secret; c'est ce qui nous rend si exeptionel!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Folklore, notre culture.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Folklore, notre culture.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heresie :: Général :: Culte des morts-
Sauter vers: