Heresie

Dark Culture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Heresie.com  Dictionnaire Infernal  Cinéma Satanique  Francis Thievicz  Elisandre  

Partagez | 
 

 FOURCHES PATIBULAIRES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
trabucayre
Orteil de Spaulding


Nombre de messages : 1
Age : 40
Localisation : SAINT PIERRE DELS FORCATS
Actes nécrophiles : 0
Hommes torturés : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: FOURCHES PATIBULAIRES   Lun 23 Juil - 22:53

BONSOIR,
JE CHERCHE DES RENSEIGNEMENTS (TEXTES, GRAVURES....) SUR LES FOURCHES PATIBULAIRES. AUTRES QUE LE GIBET DE MONTFAUCON SI POSSIBLE. MERCI D'AVANCE.
TRABUCAYRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ELISANDRE
Reine Succube
avatar

Nombre de messages : 3289
Localisation : Miskatonic University Nice
Actes nécrophiles : 11
Hommes torturés : 2334
Date d'inscription : 18/08/2004

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: FOURCHES PATIBULAIRES   Mar 24 Juil - 14:15

Bonjour et bienvenue,

Je n'ai plus en ma possession les anciens ouvrages de droit qui en parlaient, en général, ils se rejoignent tous sur les descriptions.

Il existe un excellent ouvrage d'Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc intitulé : "Dictionnaire Raisonné de l'Architecture Française du XIème Siècle". au XVIème", cet ouvrage est un véritable monument historique quant au Moyen Age.

Je vais reprendre ici un petit résumé sur les fourches patibulaires, pour ceux que cela interesserait.

Quant à ceux qui n'auraient pas l'envie de lire ma réponse entièrement, je signale que les fourches patibulaires servaient aussi à pendre les animaux, en effet, une des curiosité du Moyen Age était les procès en justice d'animaux, souvent il s'agissait de truies, de porcs, ceux-ci vivaient en toute liberté, souvent il arrivait qu'ils dévorent un enfant, ils étaient alors jugé pour homicide.

On détient dans les annales ,des procès contre des boeufs, coq, poules et plus étranges, chenilles, vers, brefn tous les insectes nuisibles que l'on peut répertorier, mais là, je suis hors-sujet.
____________________________________________

"Les fourches patibulaires consistaient en des piliers de pierre réunis au sommet par des traverses de bois auxquelles on attachait les criminels, soit qu'on les pendît aux fourches mêmes, soit que, l'exécution ayant été faite ailleurs, on les y exposât ensuite à la vue des passants. Le nombre des piliers variait suivant la qualité des seigneurs: les simples gentilshommes hauts-justiciers en avaient deux, les châtelains trois, les barons quatre, les comtes six, les ducs huit; le roi seul pouvait en avoir autant qu'il le jugeait convenable.» Il pouvait aussi faire supprimer les gibets dont il avait permis l'établissement. En 1487, «le procureur du roi au Chastelet alla en divers lieux de la prévosté et vicomté de Paris faire démolir les fourches patibulaires, carquans, échelles, et autres marques de haute justice, attendu que le roi Louis XI avoit accordé à plusieurs droit de haute justice, qui fut révoqué par Édit de révocation générale de tous dons de portion du domaine aliéné depuis le deceds de Charles VII que fit publier Charles VIII à son avènement à la couronne.»

Les fourches patibulaires, étaient placées au milieu des champs, près des routes et sur une éminence. En effet, beaucoup de lieux élevés, en France, dans le voisinage des abbayes, des résidences seigneuriales, ont conservé le nom de la Justice, la grande Justice.

Certains gibets étaient faits de bois, se composaient de deux poteaux avec traverse supérieure et contre-fiches; mais nous n'avons pas à nous occuper de ceux-ci, qui n'ont aucun caractère monumental. Parmi les gibets renommés, pouvant être considérés comme des édifices, il faut citer en première ligne le gibet de Montfaucon. Sauval dit que, «dès l'an 1188 et peut-être auparavant, il y avait un lieu patibulaire sur le haut de Montfaucon... Montfaucon, ajoute-t-il, est une éminence douce, insensible, élevée, entre le faubourg Saint-Martin et celui du Temple, dans un lieu que l'on découvre de quelques lieues à la ronde. Sur le haut est une masse accompagnée de seize piliers, où conduit une rampe de pierre assez large, qui se fermoit autrefois avec une bonne porte. La masse est parallélogramme, haute de deux à trois toises, longue de six à sept, large de cinq ou six, terminée d'une plateforme, et composée de dix ou douze assises de gros quartiers de pierres bien liées et bien cimentées, rustiques ou refendues dans leurs joints. Les piliers gros, quarrés, hauts chacun de trente-deux à trente-trois pieds, et faits de trente-deux ou trente-trois grosses pierres refendues ou rustiques (à bossages), de même que les précédentes, et aussi bien liées et bien cimentées, y étoient rangées en deux files sur la largeur et une sur la longueur. Pour les joindre ensemble et pour y attacher les criminels, on avoit enclavé dans leurs chaperons deux gros liens de bois qui traversoient de l'un à l'autre, avec des chaînes de fer d'espace en espace. Au milieu étoit une cave où se jettoient apparemment les corps des criminels, quand il n'en restoit plus que les carcasses, ou que toutes les chaînes et les places étoient remplies. Présentement cette cave est comblée, la porte de la rampe rompue, ses marches brisées: des pilliers, à peine y en reste-t-il sur pied trois ou quatre, les autres sont ou entièrement ou à demi ruinés.»
___________________________________________________
"Dictionnaire de Droit et de Pratique", de Claude-Josepht de Ferriere, 1769.
Droits honorifiques du Seigneur Haut Justicier :
a) Les Fourches Patibulaires : ce sont des colonnes de pierres au haut desquelles il y a une traverse à laquelle les condamnés à la mort sont attachés pour être étranglés, où, après avoir été suppliciés, ils sont exposés à la vue des passants.
Il ne sert donc qu'aux supplices capitaux, dont les exécutions ne se faisaient autrefois que hors les villes. C'est pour cela elles sont toujours plantées hors les bourgs, sur les terres de la Seigneurie (dans les champs).
Seul le seigneur Haut Justicier a le droit d'avoir des fourches patibulaires (ou gibets), puisqu'il a le droit de condamner un criminel à mort. De là vient que celui qui met à exécution les jugements de condamnation à mort, est appelé "exécuteur de la Haute Justice".
A l'égard du nombre des piliers des fourches patibulaires, il y en a à 2, à 3, à 4 ou à 6, selon le titre et la qualité des fiefs qui ont droit d'en avoir. Les simples seigneurs Hauts Justiciers n'ont ordinairement droit d'avoir que des fourches patibulaires à 2 piliers, s'ils ne sont fondés en titre ou possession immémoriale. Les fourches à 3 piliers n'appartiennent de droit qu'aux seigneurs châtelains; celles à 4 piliers n'appartiennent qu'aux barons ou Vicomtes; celles à 6 piliers n'appartiennent qu'aux Comtes. Mais après tout, ce droit est différent selon les différentes coutumes.
Les fourches patibulaires tombées doivent être rétablies dans l'an et jour de leur destruction; après ce temps, il faut recourir au Prince pour les rétablir. Il en va de même d'ailleurs pour les piloris, échelles et poteaux à mettre carcan.
Il est à remarquer que les Seigneurs particuliers ne peuvent élever des potences dans les localités où le Roi a une portion de la Justice.
_____________________________________________________

_________________
"CE QU'IL Y A DE MEILLEURS DANS LES RELIGIONS, CE SONT LEURS HERETIQUES."Nietzsche
http://www.heresie.com
http://elisandre-librairie-oeuvre-au-noir.blogspot.com/
http://www.elisandre.com/
http://fr-fr.facebook.com/elisandre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com
 
FOURCHES PATIBULAIRES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heresie :: Général :: Inquisitor-
Sauter vers: