Heresie

Dark Culture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Heresie.com  Dictionnaire Infernal  Cinéma Satanique  Francis Thievicz  Elisandre  

Partagez | 
 

 Ein Reich, ein dope, ein Führer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ElricWarrior
Hérésiarque - Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1962
Age : 76
Localisation : Terre d'Hérésie
Actes nécrophiles : 9
Hommes torturés : 2799
Date d'inscription : 14/08/2004

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
35/150  (35/150)
Possede des Crânes humains:
10/150  (10/150)
Misanthrope :
15/150  (15/150)

MessageSujet: Ein Reich, ein dope, ein Führer   Mar 1 Nov - 7:50

Dans un livre étonnant, contesté par certains historiens, Norman Ohler raconte comment les drogues, produits de la chimie allemande, ont pesé sur la Seconde Guerre mondiale.

Petite devinette : dans les années 20, quel pays était le plus grand exportateur d’héroïne au monde ? La Chine ou quelque obscur port du lointain Orient qu’on aime encore à se représenter nimbé dans les vapeurs tropicales d’opium ? Vous n’y êtes pas du tout : c’était l'Allemagne, où la diacétamorphine, dérivé de la morphine, vendue sous le nom d’«héroïne», avait été découverte dès 1897 par Felix Hoffmann, chimiste de la compagnie Bayer. Le même homme, quelques jours plus tôt, avait déjà réussi à synthétiser un acide donnant naissance à l’aspirine. A l’époque, on ne voyait visiblement pas toujours la différence puisque la compagnie Bayer avait d’abord commercialisé l’héroïne en vantant notamment ses effets bénéfiques sur la toux des enfants. Mais l’innocence des origines laissera vite place à des diagnostics plus lucides, et, dans les années 20, l’Allemagne devenue entre-temps «l’usine chimique du monde» ne se contentait pas d’exporter en masse de l’héro, proposant également la meilleure cocaïne du monde, celle alors manufacturée en toute légalité par l’entreprise Merck dont les pirates chinois imitaient (et oui, déjà) en contrefaçon le label. Trois entreprises germaniques (Merck, Boehringer et Knoll) monopolisaient, en réalité, 80 % du marché mondial de la coke, «disponible à tous les coins de rue», souligne le journaliste Norman Ohler, auteur d’un livre étonnant, l’Extase totale (La Découverte), publié cet automne, et qui revisite l’histoire sous un angle pour le moins explosif.

«La Pilule du courage»
La «permissivité» des années 20, celle de l’éphémère et fragile République de Weimar n’est, en réalité, qu’un prélude à ce qui intéresse réellement cet auteur éclectique qui fut scénariste pour Wim Wenders et chroniqueur d’un quartier de Berlin après la chute du Mur. Car cette fois-ci, il choisit de plonger dans un univers rarement évoqué avec autant de minutie, celui de l’usage systématique et stratégique de drogues par l’Allemagne nazie. En évoquant notamment le succès d’une dope au nom a priori anodin : la pervitine, qui n’est rien d’autre qu’une amphétamine, aujourd’hui connue sous le nom de «crystal meth» ou méthamphétamine. Elle sera largement commercialisée dans le civil sous l’Allemagne nazie, sans ordonnance au moins jusqu’en 1939. Mais «la Pilule du courage», comme la surnommera, en septembre 1940, le quotidien italien Corriere della Sera, aurait également été distribuée à hautes doses par la Wehrmacht. Laquelle saisira vite l’avantage d’une substance capable de maintenir quiconque éveillé pendant plusieurs jours d’affilé (à partir de deux ou trois pilules par jour) et provoquait «regain d’énergie, sens affûtés, sentiment d’être plus vivant, confiance en soi accrue, détermination», comme le constatera en substance Fritz Hauschild, le chef chimiste des usines Temmler, qui synthétise le produit dès 1937.

Diffusée à grands renforts de publicité, la pervitine connaît vite un succès foudroyant. On en consomme comme du café, pour se donner un bon petit coup de fouet quotidien. Et on la retrouve même dans des bonbons pour dames : «Les pralines Hildebrand sont toujours un plaisir», affirmait ainsi une publicité montrant une jeune blonde, penchée sur une boîte de chocolats, qui contenait chacun 14 milligrammes d’amphétamine.

Alors, tous junkies, les Allemands ? Pas forcément au sens où on l’entend. D’autant que l’usage de drogues ne correspondait pas tout à fait à l’idéal du «surhomme» aryen popularisé par l’idéologie du IIIe Reich. Au sein du régime nazi de nombreux hauts responsables tenteront d’ailleurs, souvent en vain, de freiner la consommation de ces pilules magiques.

Dès leur arrivée au pouvoir, les nazis n’ont-ils pas mis un terme à la «permissivité» de l’époque de Weimar, en légalisant, en novembre 1933, l’emprisonnement des toxicomanes qui finiront souvent en camps de concentration, comme le rappelle Norman Ohler ?

Reste que parallèlement à la guerre ouverte contre l’usage des drogues «classiques», la cocaïne et l’héroïne notamment, des substances dopantes, qui n’ont rien à leur envier en terme d’effets «stimulants» potentiellement dangereux, vont se multiplier et se répandre «dans tous les cercles de la société», explique Norman Ohler, joint par Libération, via Skype, à Oslo en Norvège où il assure la promotion de son livre, déjà traduit en vingt langues.

En France, son essai a souvent été accueilli avec des pincettes par les historiens spécialistes de la période concernée : «Exagéré», «sensationnaliste», voire «pornographique» ont-ils souvent tranché, avouant pour la plupart ne pas l’avoir lu en entier. Pourtant, l’auteur relativise lui-même le caractère sulfureux de cet usage massif de la pervitine qui a caractérisé l’ère nazie, et qui est d’ailleurs connue depuis longtemps, même si toutes les implications de sa consommation n’avaient pas été jusqu’à présent observées : «On appréhende trop souvent les drogues d’un point de vue moral, et non rationnel. Dans toutes les sociétés, il y a les bonnes drogues, admises, et les mauvaises», constate Norman Ohler. En l’occurrence, à l’époque, la pervitine n’apparaît pas forcément comme une dope aux yeux de tous. Elle est plutôt «le symptôme de la société productiviste qui se développe», écrit Norman Ohler, rappelant que le IIIe Reich a connu une période d’expansion économique qui «engendre en même temps la crainte de ne pas pouvoir tenir le rythme». Toute ressemblance avec les sociétés contemporaines ne saurait évidemment être fortuite et l’engouement pour le livre de Norman Ohler tient peut-être moins à une quelconque fascination morbide pour les mœurs nazies qu’à une identification aux exigences, et dérives, de notre propre époque.

Ce que Norman Ohler confirme : «Cet été 2016, un député du parti des Verts allemands, Volker Beck, a été arrêté avec du crystal meth en sa possession et a dû démissionner d’un certain nombre de ses mandats. Je suis persuadé que ce n’est que le sommet de l’iceberg, et que les hommes politiques aujourd’hui, comme parfois les étudiants, sont soumis à une telle pression qu’ils consomment des drogues juste pour tenir le coup», explique-t-il.

«On réexamine souvent l’histoire à la lueur des préoccupations du présent», constate également l’historien français Johann Chapoutot, auteur de plusieurs ouvrages fascinants sur l’imaginaire idéologique des nazis (1) qui reconnaît, malgré certaines réticences, que le livre de Norman Ohler participe à un mouvement contemporain qui replace le IIIe Reich «dans l’orbite de l’Occident» : « Le nazisme a voulu laisser dans l’histoire "la trace des Dieux". Goebbels avoue clairement cette mise en scène d’un mythe, au moment même où justement tout semble perdu. Or le régime nazi, malgré la singularité de sa criminalité absolue, appartient aussi à l’histoire de l’Occident, ce que souligne aussi la prise de substances psychotropes.»

Course contre la montre
Reste que le livre de Norman Ohler insiste également sur deux aspects qui marquent cette période tragique et la rende pour le coup réellement singulière : l’usage massif de la pervitine par les troupes armées hitlériennes. Mais aussi la dérive personnelle du Führer, qui va peu à peu succomber à une addiction incontrôlée, orchestrée, presque malgré lui, par son médecin personnel, Theodor Morell, dont Norman Ohler a pu décrypter l’agenda avec une précision inédite. Car pour Ohler, qui a passé de longues semaines à écumer les archives de Coblence, Fribourg et Munich, et a reçu le soutien de plusieurs éminents historiens allemands et britanniques, c’est bien parce qu’ils étaient défoncés à la pervitine que les panzers allemands ont conquis la France au printemps 1940. Le fameux «Blitzkrieg» se transforme sous sa plume en une course contre la montre menée par des officiers défoncés, exaltés et désinhibés. « Le livre d’Ohler offre un éclairage nouveau sur le comportement des généraux de Hitler, comme sur celui du Führer lui-même», confirme Antony Beevor, historien britannique spécialisé dans les campagnes militaires de la Seconde Guerre mondiale. Car l’histoire telle qu’on nous l’enseigne retient surtout l’idée audacieuse de contourner la ligne Maginot en passant par les Ardennes, réputées infranchissables. Sauf que pour gagner de vitesse les Alliés, il fallait non seulement faire passer des tanks sur des terrains difficiles mais aussi «ne pas dormir pendant trois jours et trois nuits», selon l’exhortation d’un général allemand.

Dans des pages d’une intensité surprenante, Norman Ohler décrit comme dans un film de Tarantino la traversée de la France d’officiers allemands totalement allumés, qui n’obéissent même plus aux ordres de leurs supérieurs et foncent pour prendre en tenaille les forces alliées. Jusqu’à inquiéter Hitler et ses proches, eux aussi pris de cours par la fougue belliqueuse et imprévue de ces commandos. «Contrairement à ce qui sera dit plus tard, la campagne n’a jamais été pensée du début à la fin comme un Blitzkrieg. Elle a engendré […] sa propre dynamique, favorisée par l’utilisation massive de la pervitine», écrit Norman Ohler, soutenu dans cette thèse par l’historien allemand Peter Steinkamp, qui l’avait lui-même déjà formulée.

Les Alliés sont désarçonnés et Norman Ohler ne manque pas de rappeler les réactions épouvantées d’Edouard Daladier à l’annonce de la capitulation française («ce n’est pas possible !») ou de Winston Churchill, lequel tablait sur «une pause» au bout de quelques jours, ne serait-ce que pour ravitailler les troupes allemandes. Elle n’aura pas lieu. Mais Hitler lui aussi est «dépassé». Sur les conseils de Göring, le Führer commet alors une erreur fatale en freinant les ardeurs de ses hommes, devenus incontrôlables. C’est lui qui décrète la pause sur le terrain, en faveur de la Luftwaffe, l’armée de l’air allemande, qui au final échouera à maîtriser les cieux, et permettra aux soldats français et britanniques, coincés à Dunkerque, d’être exfiltrés.

«Le patient A»
Grand manitou des premières erreurs de cette campagne, Göring était pour sa part déjà totalement dopé à la morphine. Le Führer, présenté longtemps comme un homme sobre, végétarien et non fumeur, hostile à toute drogue, même à l’alcool, ne va pas tarder à succomber lui aussi à toute une série de cocktails douteux, administrés par son médecin personnel, le docteur Morell, alors que le IIIe Reich entre dans sa phase crépusculaire. Isolé dans ses bunkers successifs, Hitler, de plus en plus coupé des réalités, exige de Morell des traitements de plus en plus forts, passant peu à peu des simples injections de glucose à des mixtures hormonales de plus en plus complexes, composées notamment d’«orchikrin», une potion à base de testicules de taureau. Jusqu’à ce que même les «hormones stéroïdes» cèdent devant un dérivé synthétique de l’opium, l’eukodal, que Hitler expérimente pour la première fois, pour son plus grand bonheur, le 18 juillet 1943. La scène, telle que racontée par Norman Ohler, est assez croustillante.

Ce jour-là, le Führer se serait réveillé un peu faiblard, alors qu’il doit aller rencontrer Mussolini, désormais menacé par le débarquement allié en Sicile. Le Duce aimerait bien faire comprendre à Hitler qu’il est temps pour lui de faire une pause. Mais Hitler, dopé à l’eukodal, parle pendant trois heures sans interruption possible, au grand dam de Mussolini, qui croise nerveusement les jambes, puis le Führer repart, exalté par la certitude de la victoire. «Un Reich, une dope, un dealer», s’amuse Norman Ohler, en parodiant le slogan hitlérien. Or, très vite, Morell, étrange personnage qui semble sorti d’un film de Fritz Lang avec ses petites lunettes rondes sur sa face lunaire, fournit en substances dopantes non seulement «le Patient A», nom de code de Hitler, mais aussi tout l’état-major, le valet du Führer, sa maîtresse, Eva Braun, et même des invités occasionnels, comme Leni Riefenstahl, la cinéaste star du IIIe Reich, qui serait vite devenue accro aux suppositoires de cocaïne. Le trip va évidemment mal tourner. Plus les défaites s’accumulent, plus les doses augmentent, jusqu’à ce qu’elles viennent à manquer.

Sous l’emprise des drogues, Hitler a pris de «mauvaises» décisions (ce dont on ne peut a posteriori que se réjouir, évidemment), toujours méfiant à l’égard de ses généraux, largement affaibli après l’attentat raté de juillet 1944 qui le laisse avec les tympans crevés. C’est à ce moment-là qu’on commence à lui badigeonner le nez de cocaïne alors que ses bras sont tellement percés de trous de piquouzes qu’il devient difficile de lui administrer de nouveaux remontants. Dans un élan de rage ultime, il congédie son médecin, dealer devenu impuissant, quelques jours avant de se suicider. «Les drogues sous le IIIe Reich ont donc été l’instrument d’une mobilisation artificielle ; elles ont pallié une ferveur qui s’amenuisait avec le temps et gardé la clique au pouvoir en état de fonctionner», conclut l’auteur, qui souligne que «ces produits n’ont fait qu’exacerber des éléments déjà présents».

Norman Ohler, né près de la frontière franco-allemande, n’a jamais oublié la façon dont son grand-père racontait l’Allemagne nazie : «Comme beaucoup de personnes âgées, il évoquait surtout "l’absence de crimes", "un monde ordonné", "propre". Il faudra attendre la réunification et la fin de l’opposition au communisme qui brouillait les cartes, pour qu’une autre parole se libère.» Il est peut-être temps désormais d’assumer aussi que les nazis, qui «se donnaient des airs de père la vertu en menant en grande pompe une politique antidrogue», comme le rappelle l’auteur, n’étaient que des tartuffes pitoyables. L’histoire ne finit jamais de s’écrire.

(1) Lire : la Loi du sang. Penser et agir en nazi, Gallimard 2014.

Maria Malagardis

Source : Liberation

Pour le commander : http://amzn.to/2ew5ZsB

_________________
http://www.heresie.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com
Keridwen
Seigneur du Portail
avatar

Nombre de messages : 2112
Localisation : Au pied de la Porte du Diable
Actes nécrophiles : 6
Hommes torturés : 1831
Date d'inscription : 20/05/2006

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Ein Reich, ein dope, ein Führer   Jeu 24 Nov - 15:53

on avait pas déja mis un reportage sur les nazi et la Pervitin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com/thanos
 
Ein Reich, ein dope, ein Führer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heresie :: Général :: Inquisitor-
Sauter vers: