Heresie

Dark Culture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Heresie.com  Dictionnaire Infernal  Crâne humain  Francis Thievicz  Elisandre  

Partagez | 
 

 Hierogamie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keridwen
Seigneur du Portail
avatar

Nombre de messages : 2118
Localisation : Au pied de la Porte du Diable
Actes nécrophiles : 6
Hommes torturés : 1841
Date d'inscription : 20/05/2006

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Hierogamie   Sam 23 Déc - 21:07

J'adore tous ces termes abscons quui émaillent le savoir occulte. La hiérogamie signifie le mariage sacré. Dans pas mal de religions primitives, il était pratiqué. Par contre je n'en sais pas grand chose, et si vous pouviez m'éclairer, je vous en saurai gré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com/thanos
Rizzen
Chef Inquisiteur
avatar

Nombre de messages : 137
Actes nécrophiles : 0
Hommes torturés : -3
Date d'inscription : 23/08/2005

MessageSujet: Re: Hierogamie   Sam 23 Déc - 23:04

Ça m'intéresse, c'est quoi?

J'ai trouvé ça :
Citation :
hiérogamie : "hiérogamie" est un terme qui vient du grec et qui signifie : "mariage sacrée". Il s'agit de l'union sexuelle entre deux divinités. Lors des cérémonies de la fête du Nouvel an, le roi s'unissait avec une prêtresse qui représentait une déesse. Cet acte symbolisait la création et avait pour but d'apporter la prospérité au pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rizzen
Chef Inquisiteur
avatar

Nombre de messages : 137
Actes nécrophiles : 0
Hommes torturés : -3
Date d'inscription : 23/08/2005

MessageSujet: Re: Hierogamie   Sam 23 Déc - 23:05

Ça me fais pensé un peu à un certain Mardouk dans le temps de Babylone ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vox Tenebrarum
Démon de l'enfer
avatar

Nombre de messages : 542
Age : 32
Localisation : Finistère
Actes nécrophiles : 0
Hommes torturés : 159
Date d'inscription : 03/10/2006

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/1  (1/1)
Possede des Crânes humains:
1/1  (1/1)
Misanthrope :
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Hierogamie   Dim 24 Déc - 14:40

Ca me fait penser qu'il faut que je termine "Le Sortilège de Babylone" tiens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/nightshade_metal_fede
Darkside
Virus Ebola
avatar

Nombre de messages : 1379
Age : 59
Localisation : Marseille
Actes nécrophiles : 6
Hommes torturés : 828
Date d'inscription : 19/05/2006

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Hierogamie   Dim 24 Déc - 14:43

La hiérogamie, ou mariage sacré, est une des formes que prennent dans les mythologies l’union étroite du ciel et de la terre.


En Egypte, Nout, le Ciel, mère des dieux, a épousé Geb, dieu de la terre. Courbée en forme de voûte, ses mains touchant le sol à l’Orient, ses pieds à l’Occident, elle enveloppe l’ensemble du Cosmos. Elle est "allongée" sur la Terre. Mais sur ordre de Rê, dieu du soleil né de leur union, Shou, le dieu de l’air, se glisse entre les deux époux et soulève le corps de la déesse qu’il sépare de la terre.

Dans certaines civilisations, cette union divine était reproduite symboliquement par l'union rituelle du Roi avec la Reine ou une courtisane sacrée:

En Chine, le Ciel est une entité yang, masculine et fécondante ; la Terre, entité yin est son épouse. L’union rituelle de l’empereur, véritable "Fils du Ciel", avec l’impératrice, avait pour fonction de reproduire cette hiérogamie primordiale.


A Babylone, le Mariage mystique était accompli par le Roi (remplaçant le dieu Dumuzi) qui s'unissait à une femme, sans doute une prostituée sacrée, substitut d'Inanna la déesse de l'amour, pour assurer à son peuple d'abondantes récoltes et la multiplication des espèces.

Dans d'autres contextes, le Hieros Gamos revêt la forme d'un rite initiatique qui permettrait aux participants d'acquérir une expérience religieuse profonde par des rapports sexuels.

Certains experts y voient une référence à la théorie néo-platonicienne selon laquelle une âme est originellement androgyne et se scinde en deux lors de l'incarnation sur terre, sa part féminine allant dans un corps de femme et sa part masculine dans un corps d'homme. Dans cette optique, la plénitude spirituelle ne serait retrouvable que dans la réunion des principes complémentaires (« syzygie ») qu'offre une hiérogamie.

Dans le jargon jungien, on parle de la fusion symbolique de la femme et de son animus (principe masculin latent de chaque femme), ou de celle de l'homme et de son anima (principe féminin latent de chaque homme).

Un exemple moderne de hiérogamie se trouve dans la religion Wicca, dans laquelle les participants s'engagent dans ce que Gerald Gardner, fondateur du culte, appellait le "Grand Rite". Un homme et une femme, assumant les identités du Dieu cornu et de la Déesse, s'engagent dans une union sexuelle pour célébrer la conjonction sacrée des principes opposés/complémentaires masculin et féminin de l'Univers.




(En Inde, l'union sacrée de Shiva et de Shakti)

L'union du principe masculin immobile et transcendant, qui féconde le principe féminin, l'Energie contenant toute potentialité d'où nait toute forme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paladin95.canalblog.com/
ELISANDRE
Reine Succube
avatar

Nombre de messages : 3294
Localisation : Miskatonic University Nice
Actes nécrophiles : 11
Hommes torturés : 2349
Date d'inscription : 18/08/2004

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Hierogamie   Dim 24 Déc - 16:54

Le mariage sacré est puissant comme symbolisme, les rites de magie sexuelle qui en découlent sont de véritables épreuves.

Superbe résumé Darkside.

_________________
"CE QU'IL Y A DE MEILLEURS DANS LES RELIGIONS, CE SONT LEURS HERETIQUES."Nietzsche
http://www.heresie.com
http://elisandre-librairie-oeuvre-au-noir.blogspot.com/
http://www.elisandre.com/
http://fr-fr.facebook.com/elisandre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com
ELISANDRE
Reine Succube
avatar

Nombre de messages : 3294
Localisation : Miskatonic University Nice
Actes nécrophiles : 11
Hommes torturés : 2349
Date d'inscription : 18/08/2004

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Hierogamie   Mar 26 Déc - 9:20

Un bel exemple de hiérogamie et puis j'aime bien les mythes...

La terre et le ciel Nout en se mariant mettent au monde les deux premiers pharaons légendaires et leurs épouses qui sont tous quatre frères et soeurs. Ce sont Osiris uni à Isis et Seth uni à Nephtys.

N'oublions pas qu'il faut entendre par Pharaon un dieu incarné, et non un simple mortel. La Cosmologie Egyptienne, pour développer le mythe osirien, c'est à dire la corporification du Verbe dans une chair et sa délivrance jusqu'à revvenir à sa source, pose d'emblée deux couples
légendaires et exemplaires qui vont jouer le jeu du drame des destins.

Comme ils sont le fruit de la hiérogamie Ciel-Terre, ces deux couples sont de polarités complémentaires, Osiris-Isis sont de caractère lumineux, ils représentent l'esprit et Seth-Nephtys sont liés aux ténèbres, ils représentent la stabilité de la matière. Mais au sein de chaque couple la
femme a ses propres tendances, elles est la psyché mouvante, tandis que l'homme est soit pur intellect, soit pure matérialité, ce qui donne beaucoup de souplesse en même temps que de complexité au jeu des acteurs cosmiques.

De plus, nous sommes là, en présence du mythe universel des frères ennemis.

Un petit exemple.... un drame où était mimée l'union de Zeus et de Demeter. La grande prêtresse et le hiérophante incarnaient les divinités dont ils avaient revêtu le costume traditionnel, ils étaient pour les assistants, non des acteurs, mais les dieux eux-mêmes. Zeus luttait avec sa soeur divine, l'entraînait dans une retraite obscure et, toutes torches éteintes, se consommait la hiérogamie. A son retour, le hiérophante proclamait : "La divine Brimo a enfanté Brimos, l'enfant sacré, la Forte a
enfanté le Fort".

_________________
"CE QU'IL Y A DE MEILLEURS DANS LES RELIGIONS, CE SONT LEURS HERETIQUES."Nietzsche
http://www.heresie.com
http://elisandre-librairie-oeuvre-au-noir.blogspot.com/
http://www.elisandre.com/
http://fr-fr.facebook.com/elisandre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com
Darkside
Virus Ebola
avatar

Nombre de messages : 1379
Age : 59
Localisation : Marseille
Actes nécrophiles : 6
Hommes torturés : 828
Date d'inscription : 19/05/2006

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Hierogamie   Mar 26 Déc - 11:56

Je te conseille, Keridwen (Mais aux autres aussi bien sûr!) ce livre trés interressant qui aborde le sujet à travers diverses époques et civilisations:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paladin95.canalblog.com/
Keridwen
Seigneur du Portail
avatar

Nombre de messages : 2118
Localisation : Au pied de la Porte du Diable
Actes nécrophiles : 6
Hommes torturés : 1841
Date d'inscription : 20/05/2006

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Hierogamie   Mer 27 Déc - 13:39

Moi qui suis très attirée par le principe de la dualité divine, je suis très intéressessée par le mythe de la hiérogamie. Et intriguée par cette histoire de prosttution sacrée. Ou s'arrête la vraie prostitution ou commence la sacrée ? D'habitude, les prostituées sont des paria, là, elles sont prêtresses, quasi déesses.... c'est assez déroutant.

a travers tout ça, c'est la place de la femme dans l'univers quise trace en filigrane.

merci pour le bouquin, faut que j'essaye de trouver ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com/thanos
Darkside
Virus Ebola
avatar

Nombre de messages : 1379
Age : 59
Localisation : Marseille
Actes nécrophiles : 6
Hommes torturés : 828
Date d'inscription : 19/05/2006

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Hierogamie   Mer 27 Déc - 21:56

Je pense qu'il ne faut pas confondre la prostitution moderne avec les prostituées sacrés de Babylone. Elle incarnaient la déesse Innana, celui qui s'unissait à elle s'unissait à la déesse. Toute proportion gardée, bien sur , un peu à la façon où les prêtres catholiques représentent le Christ!
Elles devaient par leur office contribuer à la fertilité du pays et aussi, il faut bien le dire, renflouer les caisses!

Pris sur le site d'"Historia":

A Corinthe, chez les filles d'Aphrodite

Par Catherine Salles


ACorinthe, le sanctuaire d'Aphrodite était tellement riche qu'il possédait plus de mille prostituées sacrées, les hiérodules, offertes à la déesse par des hommes ou par des femmes. A cause d'elles, la ville était très peuplée et s'enrichissait considérablement, car les patrons des bateaux s'y rendaient facilement, d'où le célèbre proverbe : "Il n'est pas permis à n'importe qui d'aborder à Corinthe." »

C'est ainsi que le géographe grec Strabon évoque la célébrité de Corinthe avant sa destruction par les Romains en -146. En effet, la ville présente une originalité religieuse venue d'Orient, la prostitution sacrée pratiquée dans le temple d'Aphrodite perché au sommet de l'Acrocorinthe, ou ville haute de Corinthe. A l'époque où Strabon a visité la cité, en -29, ce temple a disparu et le témoignage du géographe s'appuie sur des sources anciennes.

La pratique de la prostitution sacrée dans certains pays du Moyen-Orient reste mystérieuse,

et il n'est pas facile d'interpréter les témoignages brefs et elliptiques des écrivains anciens. Dans la Bible, l'auteur du Deutéronome interdit aux filles d'Israël de s'adonner à la prostitution sacrée. Hérodote affirme que les femmes des Babyloniens doivent s'unir une fois dans leur vie à un homme étranger dans le temple de la déesse Belit-Ishtar : « Dans l'enceinte du temple, les femmes en grand nombre sont assises en ayant autour de la tête une couronne de corde... Entre elles, des passages tracés en ligne droite vont dans toutes les directions et permettent aux étrangers de circuler pour faire leur choix. Lorsqu'une femme est assise là, elle doit attendre pour retourner chez elle qu'un étranger lui ait jeté de l'argent sur les genoux et se soit uni à elle à l'intérieur du temple... La femme n'a absolument pas le droit de refuser l'homme, car l'argent est sacré et elle doit suivre le premier qui lui lance quelque chose... Celles qui sont belles et d'une bonne taille peuvent rapidement revenir chez elles, mais celles qui sont laides sont obligées de rester longtemps sans pouvoir satisfaire à la loi. Quelques-unes restent trois ou quatre ans. »

Plutarque raconte aussi que les filles des Lydiens amassent leur dot en se livrant à la prostitution. Même constatation chez Strabon à propos des vierges arméniennes qui se prostituent pour un temps en l'honneur de la déesse de la fertilité Anahita. Tous ces textes témoignent de la confusion que font les auteurs grecs entre des rites de passage attestés chez certains peuples et ce qu'ils dénomment « prostitution sacrée ».

Le temple de l'Acrocorinthe abritait bien des hiérodules, esclaves sacrés, hommes et femmes, vivant dans le sanctuaire pour veiller au culte d'Aphrodite, nom grec recouvrant apparemment celui de l'Ishtar babylonienne. Sans doute, parmi ces hiérodules, figurent de jeunes esclaves à la fois prêtresses et prostituées, selon les coutumes du Moyen-Orient.

Dans les Odes de Pindare, la double fonction des hiérodules de Corinthe est clairement évoquée : « Jeunes filles, très accueillantes aux étrangers, servantes de la Persuasion dans l'opulente Corinthe, vous qui faites fumer les larmes cuivrées de l'encens vierge sur ses autels, chaque fois que vous vous envolez par la pensée vers la céleste Aphrodite, Mère des Amours, c'est à vous, mes enfants, exemptes de tout blâme, qu'elle accorde de cueillir les fruits de votre douce beauté dans vos étreintes désirées. Quand la Nécessité le réclame, tout est bien ! »

L'exagération manifeste de Strabon dans son évocation de la prostitution corinthienne trouve son explication à la fois dans la réputation de la ville et dans une comparaison maladroite avec Babylone. A l'époque de sa gloire, Corinthe commande deux ports et tire de grands profits du transit des marchandises circulant par bateaux entre l'Italie et l'Asie Mineure. Tous les deux ans, les jeux Isthmiques attirent vers la ville une énorme affluence. Les voyageurs, marins, commerçants ou sportifs sont en quête de distractions variées, et en particulier des plaisirs de la chair, ce qui a contribué à donner à Corinthe une réputation sulfureuse. D'ailleurs Aristophane forge, à partir du nom de la ville, le verbe korinthiazesthai, « se conduire comme un Corinthien », c'est-à-dire « vivre dans la débauche ». Ce ne sont pas les hiérodules de l'Acrocorinthe qui sont ici désignées, mais bien les banales prostituées offertes aux voyageurs.

D'autre part, dans sa Géographie, Strabon indique que dans la ville de Comana, dans le Pont-Euxin, « une multitude de femmes tiraient profit de leurs charmes. La plupart d'entre elles étaient consacrées à la déesse, car, en ce sens, cette cité est une petite Corinthe ». En partant de la présence d'une prostitution sacrée attestée dans une région orientale, Strabon tire la conclusion (fausse) que les prostituées de Corinthe étaient toutes des servantes de l'Aphrodite de l'Acrocorinthe. Il ne faut donc pas s'imaginer Corinthe comme un vaste marché aux femmes en plein air, comparable à celui de Babylone ! Il a bien existé dans la ville un sanctuaire voué à une divinité exotique et entretenant des hiérodules. Mais cette pratique est trop étrangère aux conceptions religieuses des Grecs pour avoir revêtu une grande importance.




Dernière édition par Darkside le Sam 15 Sep - 10:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paladin95.canalblog.com/
Darkside
Virus Ebola
avatar

Nombre de messages : 1379
Age : 59
Localisation : Marseille
Actes nécrophiles : 6
Hommes torturés : 828
Date d'inscription : 19/05/2006

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Hierogamie   Mer 27 Déc - 21:58

Sur le site "Secretebase", à propos d'Inanna (Ishtar):




...

Inana était avant tout renommée pour être la déesse de la liberté et de l'indépendance personnelle, sans oublier bien sûr son titre de déesse de l'amour. Elle était donc, à cause de ces titres et de ce pouvoir d'être une déesse personnelle pour ceux qui l'invoquaient pour des requêtes précises, la déesse des " immigrants " qui se rendaient à Babylone.

L'histoire ancienne relate des rituels comme celui du roi qui devait entretenir une nuit de relations sexuelles avec Ishtar, une déesse qui était censée descendre depuis les cieux, de Sirius dans les Pléiades, dans un objet, (un OVNI), ayant la forme d'un croissant. Cette cérémonie du " mariage secret " se tenait au Festival du Nouvel An pendant une nuit entière au terme de laquelle le roi était reconduit pour une année entière. L'échec n'était pas permis et pouvait coûter la vie au roi. Ishtar était représentée avec une coupe ou avec une torche en main, une couronne sur la tête puisqu'elle était " reine des cieux ", chargée de bijoux et vêtue de pourpre et d'écarlate comme le relatent les versets Johanniques.

Cette relation entre un être humain et une " extra-terrestre " est une image seulement inversée dans ce genre d'abominations, de celle que relate Genèse 6 avec les fils de Dieu et des filles des hommes:
" [...] Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu'ils choisirent. Alors l'Éternel dit: Mon esprit ne restera pas à toujours dans l'homme, car l'homme n'est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu'elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l'antiquité ". (Genèse 6/1-4).

Selon un certain nombre d'historiens instruit du contenu de tablettes cunéiformes Sumérienne, elle n'avait jamais été mariée, n'avait jamais conçu d'enfant et ne pouvait prétendre être une " déesse mère " d'où serait issu le culte marial mais plutôt la promotrice de toutes les formes de sexualité, incluant toutes les perversités possibles. Parce qu'elle était la déesse principale vénérée à Babylone, Ishtar était la déesse des prostituées et un temple lui était dédié à ce titre. Ce statut de prostituée " sacrée " la distingue de la déesse Sémiramis, plus mythique certainement que la femme de Nemrod, dont le culte apparenté est plus directement lié à celui dune " Vierge à l'enfant ". Avoir des relations sexuelles avec une prêtresse de ce temple permettait d'être lavé de tout péché et le " pénitent " devait alors s'acquitter d'un don.

Elle est la sœur de Shamash, dieu de la lumière, et en même temps d'Ereshkigal, la divinité du monde infernal. Elle était adorée à Ourouk la capitale où son culte supplantera celui de son père Anou, Fille de Sîn, elle a pour emblème une étoile; aussi une déesse guerrière, debout sur un ou deux lions, elle porte le carquois; d'une main elle tient une arme courbe et de l'autre un sceptre. Son temple à Babylone s'appelait l'Etourkalama, la "maison qui est la bergerie du pays". Les cérémonies qui s'y déroulaient avaient une forte connotation érotique et semblaient plutôt liées à la prostitution sous ses formes sacrée et profane.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paladin95.canalblog.com/
Darkside
Virus Ebola
avatar

Nombre de messages : 1379
Age : 59
Localisation : Marseille
Actes nécrophiles : 6
Hommes torturés : 828
Date d'inscription : 19/05/2006

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Hierogamie   Jeu 28 Déc - 12:26

Autre livre de référence sur la dualité divine et la hiérogamie, avec les réserves que je peux avoir sur Evola, ses fantasmes politiques romano-impériaux, et ses conceptions bien arrêtées et rigides sur la « virilité » et la « féminité ». En tout cas cet ouvrage trés fourni est particulièrement intéressant, il aborde aussi divers aspects de la sexualité à la lumière de l’ésotérisme et de la symbolique :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paladin95.canalblog.com/
ELISANDRE
Reine Succube
avatar

Nombre de messages : 3294
Localisation : Miskatonic University Nice
Actes nécrophiles : 11
Hommes torturés : 2349
Date d'inscription : 18/08/2004

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Hierogamie   Jeu 28 Déc - 19:44

Hors sujet, pour vous faire partager une remarque, les Déesses de la fécondité sont en même temps reines des morts, telles Demeter, Isthar, Astarté, elles ne cessent d'alimenter l'Hadès en même temps
qu'elles assurent la renaissance des hommes et de la végétation.

Je m'attarderai sur Aphrodite( en essayant de ne pas doubler le texte de Darkside,) la Grande Mère Ancestrale, les prêtresses de certains temples s'unissaient à un étranger devant ses autels, devenant ainsi porteuse du Sacrum de l'amour qui alimentait le corps de la déesse. Pour Aphrodite toute consommation de l'amour est un don qui lui est consacré, aussi est-elle la Maîtresse de HetaÏres
Dans la Grèce antique, qui ne connaît pas le péché de chair, les prêtresses constituaient une classe de la société non méprisée qui comporte des degrés hiérarchiques, selon qu'elles satisfont aux amours du vulgaire ou au contraire dispensent un savoir secret, mais leur commerce n'est en rien frappé d'interdit.
Dans les civilisations où les professionnelles de l'amour ne sont pas considérées comme des pêcheresses, certaines d'entre elles ont développé une véritable science. Périclès, Phidias, Alcibiade, avec beaucoup d'autres, ont parlé en termes voilés des "révélations" apportées par ces étreintes rituelles.

_________________
"CE QU'IL Y A DE MEILLEURS DANS LES RELIGIONS, CE SONT LEURS HERETIQUES."Nietzsche
http://www.heresie.com
http://elisandre-librairie-oeuvre-au-noir.blogspot.com/
http://www.elisandre.com/
http://fr-fr.facebook.com/elisandre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hierogamie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hierogamie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heresie :: Général :: Inquisitor-
Sauter vers: