Heresie

Dark Culture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Heresie.com  Dictionnaire Infernal  Crâne humain  Francis Thievicz  Elisandre  

Partagez | 
 

 Nouveaux livres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vesperal
Virus Ebola
avatar

Nombre de messages : 1194
Actes nécrophiles : 0
Hommes torturés : 752
Date d'inscription : 22/09/2005

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Nouveaux livres   Mer 27 Aoû - 21:51

Alejandra Pizarnik - La Comtesse sanglante

http://ypsilonediteur.com/fiche.php?id=121

Citation :
Paru d’abord en 1966 dans la revue Testigo à Buenos Aires, ce texte est repris par Alejandra Pizarnik pour être publier à part en volume en 1971, ce qui confère à ce «poème-critique» une valeur toute particulière. Ce qu’elle écrit d’emblée de Valentine Penrose et de son livre Erzsébet Báthory, la comtesse sanglante (paru au Mercure de France en 1962, quand Alejandra Pizarnik vivait à Paris), vaut aussi pour elle-même : « Valentine Penrose a recueilli des documents et des témoignages sur un personnage réel et insolite : la comtesse Báthory […]. // Excellent poète […], elle n’a pas séparé son don poétique de sa minutieuse érudition. Sans altérer les faits réels obtenus avec peine, elle les a refondus en sorte de vaste et beau poème en prose.» Depuis la publication de Cahier jaune et grâce à la lecture de ses Journaux on connaît l’obsession pour la prose d’Alejandra Pizarnik. Prose qui reste poème, étude qui reste recherche poétique. «Je ne peux pas croire que c’est moi qui ai écrit la prose sur la Comtesse. Ou plutôt, je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas poursuivi sur cette voie.» (1968, 10 septembre)
Cette nouvelle édition de La Comtesse sanglante, dans la traduction revue et corrigée de Jacques Ancet (première édition chez Unes en 1999) restituant la mise en page et le texte de la dernière version publiée par l’auteur, celle en volume de 1971, met en évidence ce travail de lecture-écriture, poème-critique. Alejandra Pizarnik est aussi cet «excellent poète» qui sait ne pas séparer «son don poétique de sa minutieuse érudition», grande lectrice elle s’approprie, elle absorbe et transforme, elle se nourrit des ses auteurs favoris, choisis parce qu’elle s’y retrouve comme elle s’y cherche. Quand elle décrit la mélancolie de la Comtesse elle décrit la sienne. Comme Valentine Penrose, Alejandra Pizarnik, « comme Sade dans ses écrits, comme Gilles de Rais dans ses crimes, la comtesse Báthory touche par-delà toute limite, le fond ultime du déchaînement. Elle est une preuve de plus que la liberté absolue de la créature humaine est horrible.»


Dernière édition par vesperal le Mer 27 Aoû - 22:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vesperal
Virus Ebola
avatar

Nombre de messages : 1194
Actes nécrophiles : 0
Hommes torturés : 752
Date d'inscription : 22/09/2005

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Erzsébet Bathory - La légende sanglante de Guillaume Deni   Mer 27 Aoû - 22:04

http://www.amazon.fr/Erzs%C3%A9bet-Bathory-La-l%C3%A9gende-sanglante/dp/2366960174/ref=pd_sim_b_1?ie=UTF8&refRID=1FKADBZESXYEH076PWHV


Citation :
21 août 1614, château de Cséjthe en Hongrie orientale. Une femme âgée de 54 ans, d'une troublante beauté, rend son dernier souffle dans l'obscurité la plus absolue de la pièce dans laquelle elle a été emmurée trois ans plus tôt par le tribunal. La comtesse Erzsébet Báthory avait été condamnée pour plusieurs dizaines, voire centaines de meurtres de jeunes servantes, préalablement soumises à des tortures et sévices sadiques. La légende avance même le chiffre de 650 victimes. Son mobile ? Sa supposée fascination pour le sang de ces jeunes femmes, censé assouvir son obsession de beauté et de jeunesse éternelles. Mais, de la réalité à la légende, il n'y a qu'un pas. Alors Erzsébet Báthory était-elle vraiment la tueuse en série la plus active de toute l'histoire, ou bien la victime d'un terrible complot politico-religieux ? Cet ouvrage lève le voile sur la légende sanglante de l'illustre comtesse Erzsébet Báthory.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nouveaux livres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heresie :: Hérétiques :: Bathory-
Sauter vers: