Heresie

Dark Culture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Heresie.com  Dictionnaire Infernal  Cinéma Satanique  Francis Thievicz  Elisandre  

Partagez | 
 

 Jimmy Saville péphile & nécrophile : la vie d’un monstre pop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ElricWarrior
Hérésiarque - Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1996
Age : 77
Localisation : Terre d'Hérésie
Actes nécrophiles : 9
Hommes torturés : 2889
Date d'inscription : 14/08/2004

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
35/150  (35/150)
Possede des Crânes humains:
10/150  (10/150)
Misanthrope :
15/150  (15/150)

MessageSujet: Jimmy Saville péphile & nécrophile : la vie d’un monstre pop   Jeu 3 Juil - 12:17



Disc-jockey et animateur vedette de la BBC décédé en 2011, Jimmy Savile est au cœur d’un scandale sans précédent au Royaume-Uni. Le Michel Drucker de la pop britannique, vénéré de son vivant pour son implication dans l’humanitaire, cachait un prédateur sexuel de la pire espèce.

L’Angleterre n’en revient pas. A des années-ténèbres des forfaits déjà odieux du chanteur des Lost Prophets, Ian Watkins (pédophile avéré et convaincu d’avoir voulu violer un bébé), Jimmy Savile évolue depuis son décès fin 2011 dans une sphère qui défie l’entendement où les révélations sordides sont chassées par des révélations sordides, et désormais morbides. Jimmy Savile pédophile et nécrophile : c’est comme si Marc Toesca, Michel Drucker et David Guetta se faisaient choper en même temps pour avoir enfilé des animaux au zoo de Vincennes, un scandale qui cloue sur place et fait froid dans le dos.Vu de France, l’affaire Jimmy Savile n’évoque rien de plus qu’un énième scandale sexuel, certes gratiné avec son mélange de pornographie, de pédophilie et maintenant de nécrophilie à l'hôpital, et les photos colorées de l’animateur décédé en 2011 à l’âge de 84 ans. La chose est exotique et totalement aberrante à l’image des tenues excentriques de ce vieux type "larger than life", comme on dit là-bas. Savile était, depuis longtemps, l’objet de rumeurs malveillantes et entouré d’une aura de folie douce, laquelle faisait, aux yeux du grand public, office de sésame et de force d’attraction plus que de repoussoir.En 1964 déjà, l’homme avait dû s’expliquer sur des rumeurs circulant sur son compte. En 1978, c’était John Lydon alias Johnny Rotten des Sex Pistols et de Public Image Limited qui avait été le premier et le seul à évoquer publiquement la question déclarant : "Je voudrais buter Jimmy Savile. Je pense que c’est un hypocrite et je parie qu’il est réellement impliqué dans tous ces crimes qu’on lui prête et qu’on connaît tous, mais dont personne ne veut parler. Je parie que rien de ce que ce type a fait ne sortira jamais." Rotten avait à demi raison. Il aura fallu attendre 2007 pour que Savile soit interrogé, soit après plus de 40 années d’activité comme prédateur sexuel, et relâché, puis encore quelques années pour que l’ampleur du phénomène soit révélée au grand jour. Entretemps, le gars était mort, sans avoir vraiment été embêté.En janvier 2013, le nombre des plaignants recensé était de l’ordre de 450, dont une bonne partie avait moins de dix ans à l’époque des faits. Il y a quelques jours, la police britannique a révélé que l’enquête avait prouvé que Savile s’envoyait en l’air fréquemment avec des cadavres dans les locaux de la morgue de l’hôpital de Leeds, mais aussi avec les patients et patientes d’un hôpital psychiatrique. Parmi ses nombreuses actions de bénévolat, l’homme s’était fait engager comme brancardier bénévole ce qui lui donnait accès à de nombreux locaux de manière privilégiée. Si la position de Savile est si particulière, ce n’est pas simplement parce qu’il a eu le privilège d’être dénoncé par le plus grand punk de l’histoire. Jimmy Savile était une figure incontournable du paysage pop anglais depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Le premier DJ ? Au début des années 40, Savile qui a été un enfant fragile et maladif découvre qu’il peut exercer un certain pouvoir sur les gens en passant des disques. Il commence ainsi à jouer de la musique dans des salles de danse, ce qui fera de lui (selon ses propres termes) le premier DJ au monde. Même si la légende est très contestée, l’histoire veut que Savile ait été surtout le premier "animateur musical" à utiliser deux platines et un micro pour animer des soirées lors d’une soirée à l’Hôtel Guarbridge en 1947. Sous le label "Jimmy Savile introducing Box Doubles", Savile aurait ainsi inventé le "double deck", l’outil et l’instrument de base de générations de disc-jockeys et mixeurs en tout genre. Etabli à Salford après une carrière assez remarquable de cycliste puis de catcheur professionnel, Savile s’imposa comme l’un des DJs les plus populaires du Nord de l’Angleterre avant d’entamer une étincelante carrière à la radio puis à la télévision.Animateur sur Radio 1, Jimmy Saville franchit un cap ultime en prenant la tête de l’émission Top of The Pops en 1964. Il refermera l’aventure en co-animant la dernière émission de ce programme légendaire en 2006. Son autre émission la plus connue Jim’ll Fix It s’étirera de 1975 à 1994 avec un succès remarquable en tant que programme populaire et familial. Dans son procédé prédateur, Savile en fera son principal point de recrutement pour les jeunes filles et jeunes garçons qu’il consommera. Les gamins sont attirés par la proximité des stars qu’elles rêvent d’approcher. Savile est là en père peinard et pervers pépère qui attend son heure et les ramène dans ses filets. Des centaines de viols sont perpétrés dans les studios même de la BBC, à proximité immédiate souvent des parents qui ne se doutent de rien.

Parallèlement à sa carrière dans l’audio-visuel, Savile, qui est hyper-actif, se multiplie. Il devient un ami proche de Margaret Thatcher et réveillonnera avec sa famille pendant de nombreuses années. Il rejoint l’association des surdoués MENSA et adhère à plusieurs clubs select. Humainement, bien que ses relations professionnelles le décrivent comme difficile (il reconnaîtra en riant qu’il lui arrivait régulièrement d’enfermer dans des placards des collaborateurs qui l’emmerdaient pour les punir), Savile fait tout pour qu’on le croit irréprochable.Il s’engage en faveur des handicapés, effectue des travaux de collecte de fonds insensé et travaille jusqu’à plus de 70 ans au bénéfice de multiples associations. Savile passe alors pour un type vaguement excentrique et sulfureux mais ayant littéralement le cœur sur la main. En réalité, si cette façade humanitaire lui sert de couverture, il n’hésite pas (comme on le voit avec ses penchants nécrophiles) à s’en servir comme d’une base de lancement pour ses désirs les plus sordides. Pour ses 80 balais, le Prince Charles lui remet un cadeau et prononce ses mots restés célèbres : "Personne ne connaît l’ampleur de ce que vous avez fait pour notre pays, Jimmy. Ces cadeaux sont peu de chose mais vous disent toute notre gratitude". Merci Charles, en effet.

La foire aux atrocités

Après la mort de Savile, le vernis claque et les plaintes sont alignées les unes après les autres, déposées dans plus de 35 commissariats différents. Les pièces de puzzle s’assemblent formant le portrait terrifiant de l’un des criminels sexuels les plus prolifiques et les plus cool depuis… Charles Manson. Là où Manson (un tueur par procuration) faisait régner la terreur, Savile a su, pendant plus de 50 ans, passer pour un gars sympathique. Aujourd’hui, évidemment, ses deux fondations se sont auto-dissoutes et toutes les institutions qui avaient pris son nom en guise de remerciement essaient de se dégager de ce parrainage effrayant. Sur le web, on peut, dans une geste ballardienne de premier ordre, regarder des dizaines d’heures de programmes dans lesquels Savile apparaît sous son meilleur jour. "On ne sait jamais ce qui se passe derrière la caméra. On ne sait jamais ce qui se passe quand l’enregistrement s’arrête". Il n’est même pas certain que le visage de Savile devienne grave au moment des viols. Il n’est même pas certain qu’il prenne une autre expression, se départisse de son légendaire sourire pop. Une main dans ses longs cheveux blonds, une autre qui tape sur ses cuisses pour souligner un bon mot ou un clin d’œil complice à une pop star. Et le monstre qui s’éveille.La pop est un territoire de foire, aux atrocités parfois. Savile a été le monsieur loyal de la plus horrible des émissions télé.

Par Benjamin Berton

_________________
http://www.heresie.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com
Keridwen
Seigneur du Portail
avatar

Nombre de messages : 2117
Localisation : Au pied de la Porte du Diable
Actes nécrophiles : 6
Hommes torturés : 1840
Date d'inscription : 20/05/2006

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
1/150  (1/150)
Possede des Crânes humains:
1/150  (1/150)
Misanthrope :
1/150  (1/150)

MessageSujet: Re: Jimmy Saville péphile & nécrophile : la vie d’un monstre pop   Sam 5 Juil - 19:20

Décidément, la Grande bretagne nage dans les scandales sexuels en ce moment ! J'ai lu dans un journal anglais une longue interview d'une victime de pédophilie terrorisée durant de longs mois par un publiciste très connu là bas, qui disait à ses parents qu'ils s'occupait de la carrière d'actrice de la gamine (14 ans), et la promenait à droite à gauche sans aucun autre adulte responsable à proximité. Il s'est lassé quand elle a menacé de se suicider et n'a jamais rien dit pendant 30 ans pour que ses parents ne sachent jamais. ça devait être sympa la jet set brittanique dans les seventies....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com/thanos
 
Jimmy Saville péphile & nécrophile : la vie d’un monstre pop
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heresie :: Général :: Actualité Insolite-
Sauter vers: