Heresie

Dark Culture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Heresie.com  Dictionnaire Infernal  Cinéma Satanique  Francis Thievicz  Elisandre  

Partagez | 
 

 Atlas des lieux maudits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ElricWarrior
Hérésiarque - Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1962
Age : 76
Localisation : Terre d'Hérésie
Actes nécrophiles : 9
Hommes torturés : 2799
Date d'inscription : 14/08/2004

Feuille de Sadique
Aime mutiler:
35/150  (35/150)
Possede des Crânes humains:
10/150  (10/150)
Misanthrope :
15/150  (15/150)

MessageSujet: Atlas des lieux maudits   Jeu 14 Nov - 14:22

Quelqu'un l'a lu ? ...



Par delà les continents et les océans, l'Atlas des lieux. maudits dresse un inventaire inédit des contrées les plus infréquentables de la planète. De la réserve naturelle de Kasanka en Zambie envahie par des nuées de chauves-souris, au ténébreux phare des disparus d'Eilean Mor perdu dans les îles Flannan, en passant par la sinistre forêt des suicidés d'Aokigahara au Japon ou la diabolique demeure coloniale du 112 Ocean Avenue à Amityville, chacun des quarante lieux recensés renferme une histoire aussi tourmentée que fascinante. Véritable manuel géographique de l'épouvante, cet atlas se feuillette d'une main fébrile, la peur au ventre...

Critique

Topographie des «lieux maudits». Un guide atypique propose de voyager par l’imaginaire dans les régions les plus infréquentables du globe.

Le triangle des Bermudes, le château du tueur d’enfants Gilles de Rais, ou Kibera, près de Nairobi, plus grand bidonville du monde. Les «lieux maudits» ne manquent pas sur notre planète, la plupart du temps rendus impropres à la vie par l’homme lui-même. Bien documenté, le journaliste Olivier Le Carrer, grand voyageur passionné de voile, de navigation et de cartographie, dresse un atlas de 40 lieux où il ne fait pas bon vivre. Avec une plume soignée et une ironie bienvenue pour toutes formes de superstitions (intervention d’extraterrestres, du diable, ou des morts), il laisse planer le doute sans verser dans le new age. La description de ces cloaques infernaux, de ces cimetières marins ou terrestres, de ces maisons hantées est jubilatoire.

Les articles sont illustrés par des cartes anciennes qui titillent l’imagination. Chacun se fera une image des lieux avant, pourquoi pas, d’y aller. Car après le tourisme des lieux de catastrophes, les tour-opérateurs pourraient bien s’intéresser un jour aux «lieux maudits»... Florilège de ceux que nous choisirions pour un trip de l’épouvante: l’île Europa, du côté de Madagascar, propriété de la France. Six kilomètres sur sept de steppes salées et de calcaire corallien où rien ne pousse, entourés d’une mer infestée de requins. Puis départ pour l’îlot de Thilafushi, dans les Maldives, décharge à ciel ouvert d’un archipel qui ne sait pas quoi faire de ses déchets. Thilafushi est le cauchemar polluant d’un paradis sur terre. Il grandit de jour en jour, et laisse parfois dériver des bancs de détritus sur l’eau turquoise, sous le nez des luxueuses «îles-hôtels» voisines. Contraste assuré. Escale au Japon, dans la forêt d’Aokigahara, près du mont Fuji. Végétation très dense, et sol traîtreusement couvert de mousse. Sous la canopée, GPS et boussoles seraient inopérants. Chaque année, une centaine de Japonais viennent s’y cacher et s’y perdre, pour mettre fin à leurs jours.
Enfin, après un passage par la plus petite république du monde, Nauru, 90% de chômage et autant de taux de corruption, le voyage s’achèverait dans l’Etat de New York, dans une villa d’Amityville, «l’antre du démon». C’est ici qu’en 1974, le jeune Ronald DeFeo Jr. tua ses parents et ses quatre frères et sœurs. Il expliqua en avoir reçu l’ordre par la maison elle-même. La seconde famille à prendre possession du logis (bâti sur un ancien sanctuaire des Indiens Montaukett) fit aussi long feu, poussée dehors par des «manifestations surnaturelles». Lesquelles inspirèrent le best-seller de Jay Anson The Amityville Horror, A True Story, en 1977, et un film lucratif du même nom. Voyage inoubliable et dépaysement assuré.

Julien Burri, Journaliste, L’Hebdo



  • Relié: 134 pages

  • Editeur : Flammarion (9 octobre 2013)

  • Collection : BEAUX LIVRES AR

  • Langue : Français

  • ISBN-10: 2081295520

  • ISBN-13: 978-2081295520

  • Dimensions du produit: 26,6 x 19 x 1,6 cm

_________________
http://www.heresie.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.heresie.com
 
Atlas des lieux maudits
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heresie :: Général :: Littérature-
Sauter vers: